Punie

J’entends la porte d’entrée et je saute sur mes pieds. Il n’a pas enlevé son manteau que je suis déjà dans ses pattes, comme une petite chienne faisant la fête à son maître. Les baisers sont vite remplacés par des caresses qu’il peine à contenir.
– Attends, attends, bébé.. Laisse-moi arriver !
– Non, tu m’as trop manqué…
Mes mains se faufilent sous la chemise que j’extrais précipitamment de son pantalon de ville. Il jette les clés dans le vide-poches qui tinte, enlève maladroitement une première chaussure alors que mes ongles griffent ses abdominaux.
– Chérie… J’ai pris le métro, permets-moi au moins de me laver les mains.
Je secoue la tête tout en embrassant les poils de son ventre. Je ne prends pas la peine de répondre, trop occupée à me débattre avec sa ceinture.
– J’ai envie de te sucer.
Il grogne mais se laisse faire. J’ai sans doute trouvé l’argument en béton. J’attrape son sexe déjà érigé et l’enfourne dans ma bouche. Avec application, j’achève de le rendre dur, les yeux clos, voracement. Il appuie un peu sur ma tête, entre la caresse et l’ordre, ondule des hanches pour changer l’angle de pénétration. Je reste immobile, le laissant gérer son plaisir, varier la vitesse, poupée inerte et docile entre ses mains. Mais il se lasse vite, même s’il se regarde en même temps dans le miroir qui me permet de vérifier ma tenue chaque jour avant de quitter l’appartement. Ou bien était-ce l’inverse. La vision de moi, accroupie, en train de lui prodiguer une fellation, l’excite peut-être autant que les sensations que fait naitre ma langue sur son gland et son frein. Toujours est-il qu’il me relève et me pousse en direction du canapé trois mètres plus loin, pendant qu’il s’extirpe définitivement de son pantalon. Je bascule sur le dos et, à peine ai-je touché l’assise que je sens sa main plonger sous ma robe et crocheter ma culotte en dentelle. Je lève les fesses pour l’aider à me l’ôter et passe mes jambes autour de sa taille, alors qu’il s’enfonce en moi. Je plonge mes yeux en lui, consciente que mes joues sont en feu, tout comme mon corps. Que, sans doute, le désir trouble mes prunelles. Que je mords mes lèvres quand son sexe tape mon point G. Mais je m’en fiche. J’ai envie de lui à en crever, envie de sentir son appétit pour mon corps apaiser le mien. Il caresse mon cou, le serre un peu. Nos regards sont soudés, nos halètements synchronisés. Il serre plus fort et je vois des étoiles. Il râle alors que je jouis silencieusement, le souffle coupé. Je sens son étreinte se relâcher, tout comme ses muscles. Il pose la tête sur mes seins le temps de reprendre ses esprits. Je fixe le plafond, encore dans un monde parallèle rempli de flash de couleurs et d’éclairs qui crépitent en écho avec mon vagin. Puis j’entends sa voix me tirer de ma rêverie.
– Allez, avoue. Tu as encore été bloquée sur Facebook ?
– Hu hu.
– Combien de temps ?
– 72h. Pas de publication, pas de like, pas de Messenger. Rien.
Il se tait quelques minutes.
– Je vois. Je suis soulagé que cela n’arrive pas en week-end. Je n’arriverais pas à fournir.
Je souris. Il me connait bien, mon homme, quand même.

 

Publicités

Auteur : Aurore Baie

J'aime écrire. A vrai dire, c'est mon métier. Mais on écrit pas toujours ce qu'on l'on veut, au boulot. Alors je m'offre ici une salle de jeu... Bienvenue dans mon recueil de nouvelles érotiques! Il va sans dire que tous les textes publiés ici sont des créations originales... Pas touche sans accord ! Merci !

5 réflexions sur « Punie »

  1. Toujours aussi bien écrit. J’adore ta plume. Pour en revenir au texte lui-même, monsieur s’est-il qu’on peut se faire bloquer plus d’un mois ? Lol !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s